SHARE est né d’une réflexion commune de cinq associations française, portugaise, italienne et danoise participant à la vie culturelle de leur territoire.

Ecarts et Cricket Productions (Italie) connaissent les enjeux de diffusion et de promotion de la culture quand Le Fondeur de Son (France), Zpoluras (Portugal) et The Community (Danemark) regroupent des musiciens confrontés aux difficultés du secteur: l’isolement, résultant d’une absence de communication qui contraint les artistes à organiser leur carrière avec leurs propres moyens financiers et matériels.

Des collectifs de musiciens existent mais gagneraient à collaborer durablement ; l’invisibilité des musiques créatives se traduit par une diffusion limitée à des lieux marginaux et l’absence de médiatisation empêche les musiciens de toucher une audience élargie. Enfin, l’hybridité du genre, mélange de plusieurs styles musicaux, entraîne un manque de catégorisation qui limite sa visibilité ; l’absence de formation professionnelle contraint les artistes à assumer l’ensemble des rôles de la chaîne de production musicale, affectant leur potentiel créatif.
L’état de l’industrie musicale ajoute à ces difficultés. La croissance du streaming – utilisé par 45% des internautes en 2017 – a bouleversé le business model de l’industrie. Le public privilégie les festivals aux concerts locaux, entraînant une baisse de fréquentation des petites salles, lieux de diffusion historiques de la musique.

Les musiques créatives, tournées vers l’impro live, perçoivent le numérique davantage comme une menace qu’une opportunité. Elles ont besoin de renouveler leur pratique, de se saisir du numérique tout en restant fidèle à leurADN.